vitre 12

11 août 2010

passé la vitre 6

     enfin

  douleurs

va pour la 7

   tant pis

chiffre sacré

beau jeune homme

      déjà

            c’est tout

pourquoi  ce chemin

     traces?

partout des lianes

envie de bateau

                de grosses et belles

vagues

sont où les fleurs

engin à moteur

      beurk

vitre 11

11 août 2010

comme marchand

          sur

de la ouate

nébuleuse

sans fin

vélos rouillés dans tous

            les fossés

       de chaque côté

peu de souvenirs      depuis la

vitre 5

         continue

            aïe

pas vu       comme un poteau en

        ciment

  dur     fait mal

vois rien pourtant

mes mains palpent le

          vides

    froide paroi

comme un cercueil d’acier

         c’est la vitre

                   6

bof   bof  et rebof

je passe    on    verra bien

mais si le             reste

 

 

 

vitre 10

11 août 2010

puis d’un     coup

                             plus

de        musique

pink       roses

pour          plus tard

avance    en/corps

rien           rien

avance        dans          

            le/la

          vague

  sans           but

après  l’amoureux

    c’est quoi

la justice         ou le

      chariot

enfin       faut/x    tirer

pas facile

pour aller où

sont les vitres

premiers  et/moi  à

lin sous science

robe de bure

herbes folles caressent les

jambes      pommiers

et si toujours

comme lune

avance     avance

parfois en anglais

parfois

dans les neiges de

finlande

loin tout çà

et puis

 

vitre 9

1 août 2010

vieille musique

           musique ancienne

    pink floyd

arrière goût de

  rolling chuck

   more more

never mor/t

 et pis tant pis

carte

        trouvée à

   terre

.LA.MOVREV

bah  vais suivre ce che

                                       min

vera/bien/où

étape 6

vitre 8

23 juillet 2010

la transparence

semble me

poursuivre

transparent     moi-même

rien

comme

traversant une

nébuleuse où

je me

         fondrais

invisible

non-être

comme si la

trans/parence de la

          vitre

se poursuivait en

          moi

seize marches        déjà       et

     pas      encore        atteint

         le premier étage

         la brume partout

me souviens de        rien

peut-être     plus      rien    après

la vitre 5

musique rock dans le lointain

vais la suivre

 

fumisterie

21 juillet 2010

pro

     menade

vol sombre à

travers

chemins en lit/gne

caresse floue

                      de l’animal sur

      mes jambes

au loin

pas d’arc

                      juste

tronc      dé-charné

comme

forme humaine         ou pas

déjà dit

pas recommencer

                              tout de même

j’aban       donne

je flotte

13 juillet 2010

je flotte

comme en

état d’a-pesanteur

état de non

existence

les mots

s’é-graines

on sème

 

vitre 7

11 juillet 2010

toujours cette

rue

en ligne de fuite

toujours       cette

chaleur qui

m’accable

encore et toujours

 

pause

 

ha oui

oublié de vous

dire

avant la vitre 5

la peur du chien

un soir de noël

cette peur

toujours là

                      présente

rester immobile ou

      cou/rire

blessure ou fêlure

    qu’importe

                       continuons

prologue aux vitres

11 juillet 2010

c’est

       une

masse in-forme

mais

t’as raison

on             croirait         un

        être           humain

                 mais

c’est un gros tronc d’arbre

           MARRANT

de prendre çà pour

un          être                humain

      quoi           que

pas de forme nette

pas une lueur            d’intelligence

bien un

             être humain

putain                         où

je vais chercher tout çà

quelles blessures

quelle fêlure         qui

remonte à       l’enfance

pourtant

pas battu

pas violé

mangeais à ma faim

alors

quoi ?

voir       mes vitres    mais

         attention

passez vite

                   derrière moi

   très vite

car              les vitres

         se                         referment

très vit(r)e

 

poser son sac

24 juin 2010

poser son sac

fatigué

à quoi bon

dés structurés

lancés en dépit

                         du bon sens

lové

      lavé

            rincé

tout çà         pour çà

ai du mal à

                  structurer mon

     langage

mais         la

         vie           aussi

    n’est-ce-pas

à vrai dire

quand des gosses meurent

            de faim 

peut-on

             encore

respecter les règles

peut-on

             encore

faire                  comme si

boire son bol de lait chaud

                                                 le matin

prendre son sac

         et

y retourner

12345...10