nous avons trop pleuré

24 octobre 2010

nous avons trop pleuré

les tonneaux sont vides

l’herbe verte a fait place

à la poussière

nous n’avons plus de larmes

nos mains froides ne serrent plus

que des couverts sans reflets

je n’ai pas su te protéger

de ce vent glacé

qui souffle sur toute vie

nous avons

23 octobre 2010

nous avons

commencé l’alphabet

à la lettre A

puis

la suite jusque Z

puis

appris des mots

                           et des phrases

puis

      chanté

puis

      dansé

puis

      crié

puis

revenu à l’alphabet

recommencé à

la lettre D

 

 

écrire entre

30 septembre 2010

écrire entre

                    les mots

les blancs

entre-lacets

entre-metteurs

entre-menteurs

hé             maître

aller                    à la ligne

comme on

va             à la plage

compléter

comploter

écrire entre les mots

à quoi bon

six reines

j’assiège

j’assiste

spec / tateur

entre    haies

dans ces blancs blanc blan bla bla

reste bouche b

                         pour donner le ton la

la haine des

                    vides

toujours                 attire

toujours se cogner aux vitres

toujours passer

de l’autre côté du                    miroir

(complète les blancs mon frère)

respire

sacs à dés (jamais)

allez                 matez les blancs (ou battez les)

je mets les maux

le cri du hibou

13 septembre 2010

le cri du hibou

mains jointes

en coquille

ne serrent plus que

                                 la terre

goût des fraises     écrasées

         rouge               sang

                    traces

les bottes               le chien

maison de bois/de boue

ah oui y avait aussi          rouge

des cerises

arbre            pas sapin

que de fleurs

                     fanées depuis

         aïe

y avait aussi

oh et puis        rien

à quoi bon

 

vitre 18

17 août 2010

j’avance puisque tu

me le dis

aperçois au loin vague

                                    ment

quelque chose

air froid comme

cheveux envolés

ma main droite comme

                                        prise

étau

entends bruit comme

                                     métro

bouffées de visions

semble distinguer un chemin

rassuré j’avance

grotte sur le côté

                              gauche

salut l’ermite

sympa le mec

chemin chemin chemin

vitre 17

17 août 2010

comme hébété

au milieu de nulle

                              part

vois déjà plus

                        la vitre

     passée

chemin noyé dans

l’espace

pas un désert           non

mais un truc

                     comme çà

ciel sans couleurs

pas un souffle

pas une vie

un soleil pesant

cailloux comme pions d’échiquier

qui fera le fou

continue d’avancer

sans chemin

                      fondu

au hasard

avance mec avance

      OK

 

 

vitre 16

16 août 2010

sous terre

on est

bien

retour à la clarté

nouveau coup

                        de froid

poitrine

respire    fait mal      cri

mouillé de partout

pas chaud

déjà vécu çà  

                     il me semble

de l’eau partout

des lianes   des lianes

retrouvé le chemin

     continue

pas grand chose         des chimères

peu im/porte

rien d’intéressant

perte d’inspiration

          allez

on passe vite la vitre 7

passée comme invisible

vous inquiétez pas

ce n’est que littérature

des mots

sans rime ni raison

rien que des mots

qui ne

veulent rien dire pfitt

nada                    nuda

peut être plus de

vitres après

vais voir

venez avec moi

                           pas rassuré tout seul

en route pour la

vitre 8

vitre 15

13 août 2010

pas de justice

                      vraiment

de l’eau                        partout

        longs cheveux noirs

            BRASSENS

a t’il lu

grotte pas tout à fait

des lettres plein

                           de lettres

des roses

       bleues

et pis        l’angleterre loin

                                            très loin

des images

                  images

partout sur le chemin

    m’empêchent de voir

j’avance

             brume

des voix    des voix   partout   loin

            musiques

      chemin descend

dans la pierre et la glaise

          GOLEM

  silhouettes indiscibles

          peur

la  peur au ventre

continue quand même

vitre 14

12 août 2010

peu de lumière

perdu

chemin

            t’es où

presque un      homme

        mais peur dans

cette forêt

des oiseaux  noirs

des rêves étranges

la mer la mer

   toujours        MAGRITTE

                      vertige

de l’eau tout             autour

                   araignées

       comme suivi

la peur du père

forêt  étrange

trop tard pour vers

vitre 6

 

 

   

vitre 13

11 août 2010

13 et 7

vais bien y arriver

sphère dorée

des chiffres ou des

                                lettres

tout pêle-mêle

à terre

au hasard sans

         dés

aperçoit la mer

toiles de tentes

paroles inconnues

     pâtes à trac

très loin de la vitre 1

            seul

   quel sens aller

                           vers où

             à peine

comme enveloppé dans une

                                                toile

invisible   mais

       collante

jeux encore d’enfants

   filles en jupe

                       très courte

    à mi- chemin?

12345...10