• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Archive pour juillet 2010

vitre 8

Vendredi 23 juillet 2010

la transparence

semble me

poursuivre

transparent     moi-même

rien

comme

traversant une

nébuleuse où

je me

         fondrais

invisible

non-être

comme si la

trans/parence de la

          vitre

se poursuivait en

          moi

seize marches        déjà       et

     pas      encore        atteint

         le premier étage

         la brume partout

me souviens de        rien

peut-être     plus      rien    après

la vitre 5

musique rock dans le lointain

vais la suivre

 

fumisterie

Mercredi 21 juillet 2010

pro

     menade

vol sombre à

travers

chemins en lit/gne

caresse floue

                      de l’animal sur

      mes jambes

au loin

pas d’arc

                      juste

tronc      dé-charné

comme

forme humaine         ou pas

déjà dit

pas recommencer

                              tout de même

j’aban       donne

je flotte

Mardi 13 juillet 2010

je flotte

comme en

état d’a-pesanteur

état de non

existence

les mots

s’é-graines

on sème

 

vitre 7

Dimanche 11 juillet 2010

toujours cette

rue

en ligne de fuite

toujours       cette

chaleur qui

m’accable

encore et toujours

 

pause

 

ha oui

oublié de vous

dire

avant la vitre 5

la peur du chien

un soir de noël

cette peur

toujours là

                      présente

rester immobile ou

      cou/rire

blessure ou fêlure

    qu’importe

                       continuons

prologue aux vitres

Dimanche 11 juillet 2010

c’est

       une

masse in-forme

mais

t’as raison

on             croirait         un

        être           humain

                 mais

c’est un gros tronc d’arbre

           MARRANT

de prendre çà pour

un          être                humain

      quoi           que

pas de forme nette

pas une lueur            d’intelligence

bien un

             être humain

putain                         où

je vais chercher tout çà

quelles blessures

quelle fêlure         qui

remonte à       l’enfance

pourtant

pas battu

pas violé

mangeais à ma faim

alors

quoi ?

voir       mes vitres    mais

         attention

passez vite

                   derrière moi

   très vite

car              les vitres

         se                         referment

très vit(r)e