• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

Archive pour septembre 2009

1er Manifeste pour une poésie narrative (à suivre)

Jeudi 24 septembre 2009

Il était une fois un enfant de 6 ans qui faisait, avec moi, du porte à porte un jour de mardi gras, demandant une crêpe ou un sou. Revu ce gamin, 54 ans plus tard, SDF, qui faisait du porte à porte un jour de semaine, demandant un morceau de pain ou un ticket restaurant. Peu de mots séparent ces 2 récits et pourtant que de mots sont passés depuis.

Importance des mots et pourtant……… futilité de l’écriture.

Comment parler de ces situations de misère, comment parler de la violence de notre monde, comment parler des hommes, comment parler de ce temps qui passe et qui, chaque jour, nous rapetisse un peu plus. Comment parler de tout celà autrement que par les mots, la peinture peut-être (figuration narrative), la musique ?

Parler de tout, de la main de l’enfant qui enlève le givre d’une vitre, d’un avion qui s’écrase sur une tour, voir au-delà de la vitre, écrire dans la marge, folie des hommes ou folie tout court?

Les derniers mots (pas des mots à moi), « militants », apposés sur mon mur sont : préservons notre eau et préservons notre mémoire……simples mots ou poésie? disons : poésie narrative.

 

vision déformée au travers

Jeudi 24 septembre 2009

vision déformée au travers

de la vitre

main d’enfant qui

passe et repasse

sur le givre intérieur

fait froid

va falloir se laver

froid partout dans

la maison

maman j’ai faim

boire vite le lait

pour

se réchauffer

puis se laver

puis s’habiller

puis aller à

l’école

froid mes mains

et mes pieds

maman

j’aime pas

l’hiver

 

des mains parcourent

Jeudi 24 septembre 2009

des mains parcourent

un piano

voix frêle et

lointaine

seul

dans la rue

j’écoute

cette musique

comme venue de très loin

comme

venue

d’un coin reculé de mon enfance

 

je suis comme

Jeudi 24 septembre 2009

je suis comme

sans corps

comme

absorbé par la lumière

et pourtant

je marche

je suis

comme

sans corps

mais présent

 

tu me tournes

Jeudi 24 septembre 2009

tu me tournes

le dos

que dit ton visage

tu me tournes

le dos

vers où marches tu

les mains sont

dans tes poches

comme sans mains

tes jambes sont comme

sans pieds

et pourtant tu

avances

je ne vois que ton

dos

noir

comme sans dos

où est donc passée

la lumière dans

cette ville

je suis derrière toi

comme sans moi

ton dos m’a absorbé

 

tapie

Jeudi 24 septembre 2009

tapie ou

blottie

quel mot

tapie le froid la peur

blottie la chaleur la confiance

quel mot

et pourtant

la fillette était

tapie blottie

dans un coin de

sa chambre

genoux repliés

bras autour

quel mot

elle avait peur

quel que soit le mot

peur

du noir

peur

de sa mère

peur

peur

chaque jour elle y pensera

pas aux mots

 

Jeudi 24 septembre 2009

à l’étage en dessous

erre un livre ancien

dorures usées

seul parmi la poussière

comme dormant sur lui-même

en chien